Journée d’études du 11 Octobre 2019 - Angers (49)
L’enquête Sociale : enjeux et effets

Introduction : « l’enquête sociale ; enjeux et effets »

Bonjour à toutes et à tous et merci d’avoir répondu à l’invitation de l’ARIFTS et de l’ANDES pour cette journée consacrée à l’enquête sociale, une pratique peu connue, confidentielle presque, et à propos de laquelle vous trouverez sans doute peu de documentation. L’enquête sociale en matière civile est une disposition qui appartient au monde judicaire ; on la connaît peu dans le secteur de l’action sociale et éducative, aussi peu d’ailleurs que le cadre d’intervention du juge aux affaires familiales, qui en est le principal ‘’utilisateur’’. Ce n’est pas un moindre paradoxe puisque ce sont principalement des travailleurs sociaux, éducateurs spécialisés, assistants sociaux…, et parfois des psychologues, qui exercent ces mesures, très souvent il est vrai, à titre libéral. Organiser cette journée dans un institut de formation de travailleurs sociaux, prenait donc pour nous tout son sens, dès lors qu’il s’agissait de faire mieux connaître cette pratique qui n’est d’ailleurs pas sans soulever ...

Pour conclure

A la fin d’une telle journée, il ne serait pas raisonnable de se lancer dans un long développement conclusif ; je serai donc bref. D’abord je voudrais vous remercier pour votre présence. Votre nombre témoigne probablement de ce que la pratique de l’enquête sociale sort peu à peu de la confidentialité qui a longtemps été sa réalité. La présence parmi vous de nombreux travailleurs sociaux, donne à entendre que cette pratique, qui intéresse en premier chef le monde judiciaire, peut aussi susciter un intérêt auprès de ceux dont le métier est d’accompagner, à un titre ou à un autre, des publics souvent fragilisés. Je voudrais évidemment remercier mes trois collègues, Isabelle, Nelly et Malika, qui se sont livrées à cet exercice, difficile, de présentation d’une situation, et à travers elle, de leur pratique. Il faut remercier également Marie VALISSANT, pour son exposé introductif qui a permis de situer le contexte, Cecile LE GAC et Pierre-André JULIÉ pour leurs commentaires et les échanges ...

Quelques retours sur la journée d’Angers

Une bien belle journée d’étude ! L’organisation était à la hauteur de l’occasion, l’accueil était chaleureux et les conditions de travail étaient réunies. Les horaires ont été respectés et l’animateur de la journée a su donner un rythme plutôt dynamique à cette journée. Le cadre a été bien posé en début de journée avec l’intervention de Mme VALISSANT ainsi que les compléments de Mme LE GAC, importants pour les professionnels ne pratiquant pas l’ES. Les exposés choisis étaient pertinents avec des discutants de qualité ; amenant la salle à réagir tantôt sur des aspects techniques tantôt sur des notions psychanalytiques. Toutes ces réflexions nous ont permis de dégager les effets de notre travail sur la procédure et l’importance de cet éclairage. Mais nous sommes allés au-delà et avons engagé une réflexion plus profonde sur la place de l’enquêteur et des enjeux de l’écrit professionnel. La salle a été par ailleurs réceptive lorsque nous abordions le sujet de la reconnaissance. Comment ...

Argumentaire

L’enquête sociale est un outil à la disposition du juge aux affaires familiales. Cette mesure d’instruction lui fournit des éléments de connaissance, une lecture d’une situation familiale, sur lesquels il pourra s’appuyer pour fonder sa décision.

Le professionnel qui accepte une telle mission, est amené le plus souvent à rencontrer une famille en crise, en rupture, des adultes pour lesquels l’idéal conjugal et familial a volé en éclat. Il rencontre aussi leurs enfants objets du conflit dans lequel s’engouffrent les parents, parfois durant de longues années. A l’amour qui présida à la construction familiale, succèdent la haine, le déchirement, les accusations..., Cette situation affecte le professionnel en ce qu’il se voit pris lui aussi, dans les mouvements de ceux qu’il écoute. Il lui faut alors tenter un pas de côté, pour chercher à saisir ce qui est en jeu, au-delà des invectives, au-delà du factuel dont il est parfois envahi.

De cette dynamique à l’œuvre, il aura à rendre compte, et à soumettre les propositions qui en découlent.

Si la dimension d’évaluation apparaît bien au cœur de l’exercice, l’enquête sociale demeure pour autant une rencontre humaine, intersubjective. Elle met en présence un professionnel dont c’est le désir, plus ou moins énigmatique, de se mettre à cette place, et des membres d’une famille en crise, en souffrance, qui lui prêtent, sinon un certain savoir, au moins, et non sans fondement, un certain pouvoir.

Mais au-delà de l’évaluation et de la décision à venir, cette rencontre n’est peut-être pas sans effet.

Elle peut favoriser dans certains cas, sinon un changement, au moins un réaménagement, un réajustement, un apaisement... L’enquête sociale pourrait ainsi s’inscrire dans le champ des pratiques d’accompagnement, c'est-à-dire de ces pratiques dont les effets pour les sujets auxquels elles s’adressent, restent imprévisibles, soumis à la contingence, non évaluables à l’aune d’un résultat programmé, des pratiques dont on peut se risquer à dire qu’elles ne maîtrisent pas ce qu’elles produisent, ce qui ne signifie pas qu’il faudrait renoncer à tenter d’en comprendre et d’en dire quelque chose.

 

calendrier
Vendredi 11 octobre 2019

 

Programme Journée d'études Angers, 11 octobre 2019

 

 

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. J'ai compris